L'école des métiers de la chasse et de la nature
Information et inscription du lundi au samedi sur rendez-vous

Actualités

UN SPEED JOBBING A VALRANCE
Compte-rendu sur les clés de la réussite...

Personnes présentes (anciens BTSA GPN de VALRANCE) :
Gaëtan MARAGOU Formateur MFR (12) - Téo CORDEIRO et Romain GONTHIER Auxiliaire de protection à la forêt méditerranéenne/ ONF Lodève 34 – Sabine MENEUT Consultante sur la valorisation des déchets marins, directrice de « Click drive » à Port de Bouc (13) – Florian SALESSE Agent départemental voierie et pollution au Conseil Départemental du Lot (46) – Gaëlle VIALATE Animatrice nature au CPIE du Rouergue et formatrice MFR – Nicolas PAGES Technicien Cynégétique et responsable adjoint du service des agents de développement (Police de la Chasse) à la FDC 30 – Ophélie BOUCHET Technicienne cynégétique responsable SIG à la FDC 11 – Rémy SOLIER Animateur pêche à la FDP 04 et agriculteur – Théo BROSSARD Entrepreneur élagueur (12) – Julien AZEMA Chargé de missions Biodiversité/Espaces Naturels, Service Environnement Pôle Développement Durable, Garde du Littoral Communauté d’Agglo Hérault Méditerranée St Thibéry (34) – Jonathan CLEMENCEAU Service démoustication à la Communauté d’Agglo Médoc Atlantique (33) – Chloé GOMEZ Agricultrice Elevage de brebis tarasconnaises – Benoit DUPUI, responsable de refuge de montagne, autoentrepreneur – Mathieu LOGNOS Garde Technicien de Réserve Naturelle Nationale du Bagnas (34).

Ces intervenants ont pu donner un certain nombre de renseignements utiles et faire part de leurs expériences aux étudiants BTSA première année de VALRANCE, sous la forme d’un « speed jobbing », qui s’est réalisé vendredi 22 octobre de 10h15 à 12h30 et de 13h45 à 15h45 à la salle des fêtes de St Martin à ST SERNIN SUR RANCE. Une synthèse des éléments évoqués sur les thèmes travaillés par les étudiants est donnée ci-après.

A - RECHERCHE DE STAGES

Les intervenants ont réalisé des stages dans toutes sortes de structures.
Tous les stages ont servi pour l’orientation professionnelle. Certains intervenants ont eu des propositions d’emploi après leur stage.
Ils ont gardé contact avec leurs maîtres de stage. Peu de stages se sont mal passés.
En stage, il faut être volontaire, curieux et surtout, ne pas être passif.
Les stages permettent la formation d’un réseau professionnel (dans le milieu de la protection de l’environnement, tout le monde se connait).
Ne pas baisser les bras si on ne reçoit pas de réponse lorsque l’on demande un stage. Les professionnels ont parfois d’autres priorités à certaines dates, …

B - INSERTION PROFESSIONNELLE

L’insertion professionnelle s’est réalisée, soit directement après le BTSA, soit après une poursuite de formation, mais dans tous les cas, les stages ont aidé à trouver un emploi.
Les stages permettent de développer un réseau professionnel. Il faut donner le meilleur de soi dans les stages car les futurs employeurs vont demander des avis aux anciens maîtres de stage sur le candidat.
L’insertion professionnelle est le fait, parfois, d’opportunités, qui sont proposées à un candidat, et, si celui-ci est motivé, il peut les saisir.
Une poursuite en Licence professionnelle permet une insertion plus facile.
Que ce soit dans le domaine de la gestion comme de l’animation, les postes demandent de savoir rédiger, s’exprimer correctement, savoir rechercher des financements (monter des dossiers de financement, monter des demandes de subventions, beaucoup de « coordination de projets »).
Ces dernières années, les services civiques peuvent faciliter l’insertion.

C – PASSIONS

Chez la plupart des intervenants, souvent les passions pour la nature sont venues de la famille. Certains, par contre, ont découvert la nature plus tardivement.
L’avantage de travailler dans l’environnement, c’est que « le métier passion fait que chaque jour de travail est différent ».
Les intervenants ont relevé le fait que « connaitre la nature prend du temps ».
Le milieu de l’environnement est un milieu assez fermé. Dans 80% des cas, on y entre par passion.
Toutefois, se méfier de ne pas être toujours dans « ce que l’on aime ». Faire autre chose aussi (varier les activités), car « trop de passion tue la passion ».
Ne pas hésiter à changer de métier, au cours de sa carrière professionnelle.
Il faut savoir que le métier qui passionne ne rapporte pas toujours financièrement.

D - CURSUS SCOLAIRE AVANT LE BTSA

Principalement, les intervenants ont fait un BAC PRO GMNF avant le BTSA ; d’autres venaient de filières générales (ils avaient recherché une échappatoire au cursus général en choisissant le BTSA en alternance).
La publicité, les Portes Ouvertes, permettent de découvrir le BTSA GPN de Valrance.
Les intervenants ont choisi le BTSA à VALRANCE car ils ont choisi la pédagogie de l’Alternance (devise « réussir autrement » avec une importance donnée aux stages).
Les stages à l’étranger, de type ERASMUS n’étaient pas encore proposés à VALRANCE.

E – LES PLUS ET LES MOINS DE VALRANCE

Beaucoup de points positifs, très peu de points négatifs, sur VALRANCE.
Points négatifs : parfois « trop loin de la maison ».
Points positifs : bon suivi de la part des formateurs, le Festi Valrance (anciennement CPNE).
Les intervenants ont souligné que tous les cours sont utiles.
VALRANCE est une des deux écoles les plus recommandées en France, d’après les intervenants.

F – EVOLUTIONS DE CARRIERE

L’ensemble des intervenants ont connu des évolutions assez similaires au niveau de leur carrière.
Cependant, selon leur profil, l’évolution n’est pas la même. Il y a deux types de profils : ceux qui aiment le terrain et qui s’intègrent rapidement sur ce type de postes et ceux qui poursuivent leurs études. Il est recommandé de poursuivre jusqu’à la licence, ou au Master, si possible.
Il existe une diversité de parcours, mais on peut constater une certaine précarité du milieu professionnel (il faut un certain nombre d’étapes avant un emploi pérenne).
Les intervenants ont souligné l’importance du SIG (Systèmes d’Information Géographique) qui se développe beaucoup dans le domaine de l’environnement (nouvelles missions que les structures, telles les FDC, développent).
Les intervenants ont souligné beaucoup d’évolutions de carrière, liées à des opportunités.

G – CV ET LETTRE DE MOTIVATION

Les Cv et lettres de motivation sont obligatoires pour candidater à un stage ou à un emploi.
Ce qui fait que le cv peut être rejeté : les fautes d’orthographe, les mauvaises destinations, les copier-coller d’internet, une mauvaise formulation de l’adresse, …
La lettre manuscrite est toujours possible (cela signifie que « le candidat a pris du temps pour l’écrire »).
Il ne faut surtout pas de candidature qui serait envoyée par les parents/tuteurs.
Originalité et créativité sont souhaitées dans le cv.
La photo est possible, pas indispensable.
Pour la recherche de stage, privilégier le premier contact par téléphone, le cv et la lettre seront envoyés ensuite. Le fait de se déplacer sur place est aussi très apprécié pour un premier contact.
Avoir le permis de conduire est indispensable (le noter sur le cv).
La motivation, c’est le plus important ; il faut qu’on ressente cette motivation à la lecture du cv.
Le Cv en vidéo est une technique nouvelle. Elle s’adapte davantage à la recherche d’emploi.
Le Cv en vidéo doit être interactif, l’objectif est de convaincre en 30 secondes (pour un métier du type « designer graphique », c’est très efficace).
Les intervenants ont fait le point sur l’utilisation des nouvelles technologies, au niveau professionnel. Sur les réseaux sociaux, les structures peuvent regarder les éléments liés aux engagements du candidat, pour vérifier qu’ils ne soient pas contradictoires aux besoins de la structure.
Les intervenants ont pu alerter les étudiants sur le fait que sur tous les comptes Gmail, les informations personnelles sont répertoriées. Les éléments présents sur les réseaux « Link lin » et « Google » sont fréquemment regardés par les structures (avec une photo, on peut retrouver l’identité de la personne). Les intervenants ont donc conseillé les étudiants de gérer, grâce aux paramètres de confidentialité, les informations qui sont diffusées sur les réseaux sociaux.

H – RESEAU ENVIRONNEMENT

C’est essentiellement par les stages que l’on développe le réseau « Environnement » (importance du « bouche à oreille » dans le milieu de l’environnement).
Un certain nombre de conseils ont été donnés : bien choisir les stages, faire que les stages se passent bien, ne pas hésiter à faire plus, demander après le stage s’il n’y a pas d’opportunités d’emploi, …
Les intervenants ont souligné aussi l’importance des activités personnelles, pratiquées, y compris en dehors des temps de scolarité (sports, opérations Ramassages d’Automne, …). Il peut être bien vu aussi d’assister à des colloques, des conférences et évènements sur les thèmes de la biodiversité.
Beaucoup d’associations créent des réseaux (Graine Environnement, CPIE, …).
Le Service Civique est un bon moyen pour se constituer un réseau Environnement.

I – FORMATION BTSA GPN

Les intervenants ont relaté une bonne motivation pendant leur formation BTSA GPN. Ils ont souligné le fait de ressentir beaucoup de pression avant l’examen en deuxième année.
Importance de l’ambiance de classe : « une bonne promo peut en sauver quelques-uns ».
Importance de la complémentarité entre les étudiants (ceux qui sont bons au niveau du terrain/ ceux qui ont un bon niveau général).
Il faut savoir classer ses priorités dans l’exercice d’un métier, quel qu’il soit ; en BTSA on apprend à s’organiser. De façon générale, la formation BTSA GPN prépare aux échéances qui existent dans le milieu professionnel.
Tous les formateurs ont été appréciés. Les matières en rapport avec l’écologie sont très importantes.

J - POURSUITE D’ETUDES

Beaucoup n’ont pas poursuivi leurs études après le BTSA. Ceux qui ont poursuivi leurs études l’ont fait par une Licence Professionnelle.
On peut envisager aussi l’auto formation sur internet (cours en ligne, MOOC).
Tout est possible en matière de formation, il faut se renseigner. Mais cela viendra des initiatives des candidats, des projets personnels. De toute évidence, la formation, c’est primordial.

K – MOBILITE

Indispensable d’avoir le Permis de Conduire pour être autonome, car les déplacements sont indispensables.
Beaucoup de stages sont refusés si on n’a pas le permis.
Si les candidats n’ont pas de permis, ils peuvent parfois se débrouiller avec d’autres moyens de locomotion. Le Permis « poids lourd », « bateau » peuvent être un plus pour certains métiers.
Pour une bonne évolution de carrière, il est conseillé d’avoir des expériences sur des régions différentes.

L - STAGES ET EXPERIENCES

Les stages aident beaucoup à l’insertion. Les stages à l’étranger peuvent être intéressants.
Dans tous les cas, il faut s’impliquer dans les stages, prendre des initiatives et garder les contacts.